Si nous connaissons les conséquences du dérèglement climatique sur l’état global de la planète, nous réalisons aujourd’hui que la crise climatique a aussi des effets sur notre état de santé psychologique.

Et pour cause, de plus en plus de personnes sont touchées par l’éco-anxiété.

Autrement appelée solastalgie, cette détresse climatique se répand dans une population majoritairement jeune et qui s’informe de la détérioration de l’environnement.

Alors quels sont les symptômes de la solastalgie ? Comment lutter contre l’éco-anxiété ? Psynergy vous dit tout sur la détresse climatique.

 

Éco-anxiété ou solastalgie : quelles différences ?

 

Effondrement, extinction, collapsologie… Ce nouveau vocabulaire a peu à peu fait sa place dans nos vies depuis l’aggravation de la crise environnementale.

Mais peut-être avez-vous aussi entendu parler d’éco-anxiété dans les médias ou sur les réseaux sociaux ? Ce terme recouvre une peur du réchauffement climatique et une angoisse par rapport aux changements que subit l’environnement.

On parle également de « climato-déprimé », mais aussi de : solastalgie.

 

La définition de la solastalgie va au delà de la simple anxiété. Ce terme a été inventé en 2003 par le philosophe australien Glenn Albrecht, qui a constaté que l’état psychologique des habitants d’une vallée australienne s’est dégradé en même temps que leur environnement dévasté par une activité minière.

La solastalgie constitue donc une détresse psychique liée à la prise de conscience des changements environnementaux irréversibles. Cette souffrance écologique s’apparente à un « stress pré-traumatique ».

 

Parmi les symptômes de la solastalgie on retrouve :

  • La tristesse
  • La colère
  • La frustration
  • L’injustice
  • Un sentiment d’impuissance, de perte de contrôle
  • Une perte de sens et une peur de l’avenir
  • Une interrogation sur le fait d’avoir des enfants…

 

En conséquence, le stress et l’anxiété peuvent s’installer sur le long terme, entrainant des insomnies, des crises d’angoisse, et parfois des dépressions.

 

 

Soigner la solastalgie et l’éco-anxiété, c’est possible ?

 

 

L’éco-anxiété n’est pas un trouble psychologique

 

L’éco-anxiété n’est pas reconnue pas l’Organisation Mondiale de la Santé comme trouble psychologique. Même si les symptômes psychologiques sont réels, l’éco-anxiété ou la solastalgie ne relèvent pas du trouble mental ou d’une maladie. Elles constituent au contraire, une réaction saine à la suite d’une prise de conscience de l’état de la planète.

Cette prise de conscience engendre néanmoins du stress, qui est une réaction normale du corps. Il constitue un mécanisme de survie qui pousse à l’action.

La solastalgie n’est donc pas un trouble psy en tant que tel, en revanche le stress qu’elle engendre peut devenir problématique s’il s’installe dans le temps.

 

Faire face à l’éco-anxiété : transformer la peur en action

 

Le meilleur moyen pour dire adieu à l’éco-anxiété est de répondre au stress qu’elle engendre. Pour cela, vous pouvez être dans l’action, pour avoir un sentiment de reprise contrôle sur une situation qui, au départ, nous échappe.

Vous pouvez bien sûr vous engager dans des associations ou ONG qui luttent pour la cause environnementale. Mais vous pouvez également mettre en place des petites actions au quotidien, en accord avec vos valeurs, afin de retrouver du sens et de vous sentir utile.

En effet, le sentiment de « faire sa part » jour après jour, apaise l’anxiété, tout en étant conscient qu’on ne peut pas changer le monde et en acceptant cette donnée. La peur est alors transformée en action, en quelque chose de positif.

 

Eco-anxiété et psychologue : les thérapies pour gérer les émotions liées à la détresse climatique

 

Un autre point important pour lutter contre l’éco-anxiété, est de verbaliser ses émotions.

Les éco-anxieux attestent souvent d’une peur de lasser leur entourage, d’être qualifiés de « rabat-joie », de se trouver confrontés à de l’incompréhension…

Et pourtant, si vous souffrez d’éco-anxiété, vous n’êtes pas seul.es. En effet, en 2018 un sondage Ifop déclarait que 85% des francaise.es sont inquiets du réchauffement climatique. Et ce chiffre augmente encore plus chez les 18-24 ans.

Ce phénomène est donc de plus en plus pris en compte par les psychologues. Les psychothérapies disposent de nombreux outils pour réduire le stress et l’anxiété liés à l’angoisse climatique.

Des techniques ont fait particulièrement leur preuve, comme l’EMDR ou encore les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC).

 

On commence même à parler d’écopsychologie, c’est-à-dire de psychologues spécialistes de l’éco-anxiété. Ces écothérapeutes disposent de techniques qui lient l’écologie et la psychologie afin de se reconnecter l’humain à l’environnement.

 

Eco-anxiété, que faire pour l’apaiser rapidement ?

 

Voici quelques conseils pour apaiser rapidement, le stress engendré par l’éco-anxiété :

  • Marcher dans une forêt : il a été prouvé que les « bains de forêt » renforcent le système immunitaire, font baisser le stress, et stimulent le métabolisme. Tout cela en reconnectant avec la nature, pas de quoi s’en priver donc !
  • Pratiquer la pleine conscience : cette pratique permet de renouer avec l’instant présent, avec les sensations du corps, et d’apaiser le mental sans être dans la projection d’un futur anxiogène.
  • Pratiquer la cohérence cardiaque : cet exercice de respiration de 5 minutes, permet de limiter le stress et l’anxiété. Le calme et l’apaisement se font ressentir quasi immédiatement.

 

Vous pensez être concerné par l’éco-anxiété ? Conseils, exercices, accompagnement… Pour vous aider, n’hésitez pas à contacter un.e psychologue de Psynergy.