La période d’Halloween et de la Toussaint nous rappelle une fois par an à notre propre finitude. Bien que nous sachions tous et toutes que l’être humain est mortel, il existe plusieurs façons d’appréhender la mort. 

Quand l’angoisse existentielle est trop forte on parle d’angoisse de mort. Mais celle-ci est à différencier de la peur de mourir. En effet, les deux ont un impact différent sur la vie de la personne concernée et sur les stratégies mises en place. 

Psynergy fait le point pour vous sur la peur de la mort.

 

L’angoisse de mort, une angoisse existentielle

 

Définition de l’angoisse de mort ou thanatophobie

 

Vous rappelez vous du jour où vous avez pris connaissance de votre condition de mortel ? En général ce moment se produit dans l’enfance, entre 7 et 8 ans, lorsque la maturité psychologique permet de comprendre que la mort fait partie de la vie.

Avoir peur de la mort est donc naturel et elle constitue même une étape dans la compréhension de soi.

 

Cependant pour certaines personnes, cette peur de la mort se transforme en véritable angoisse existentielle. On appelle cela l’angoisse de mort ou thanatophobie

 

 

Quels sont les symptômes de l’angoisse de mort ?

 

La peur face à la mort peut mener à des symptômes très handicapants allant jusqu’au trouble panique. Quand l’angoisse de mort est insupportable à vivre, on parle de vraie phobie qui perturbe donc la vie quotidienne de la personne concernée. 

 

Comme pour toutes les phobies, la thanatophobie se manifeste par plusieurs symptômes : 

  • Évitement de lieux évoquant la mort (comme les cimetières, les hôpitaux…)
  • Importante hypocondrie , c’’est-à-dire la peur intense d’avoir une maladie grave (comme un cancer, tumeur, problèmes cardiaques…)
  • Possibles conduites addictives pour calmer l’angoisse (alcool, drogues…)
  • Attaque de panique ou crise d’angoisse avec sensation de mort imminente (rythme cardiaque très élevé, frissons…)

 

Ces symptômes se manifestent de manière plus ou moins intense selon les personnes et les moments de la vie.

 

Quand se manifeste la peur de la mort ?

 

L’angoisse de mort peut se manifester à n’importe quel moment de la journée et aussi se produire la nuit et au moment du coucher. On parle alors d’une angoisse de mort nocturne.

Elle peut concerner les enfants comme les adultes mais certaines personnes sont plus facilement touchées par la thanatophobie :

  • les personnes ayant vécu une situation de mort (accident, décès d’un être cher, vision d’un cadavre…) 
  • Les personnes anxieuses ou dépressives peuvent avoir l’angoisse de mort comme symptôme de leur trouble
  • Les adolescents et adolescentes lors de leur maturation vers l’âge adulte
  • Les personnes âgées ou en fin de vie

 

Angoisse de mort et peur de mourir : quelles différences ?

 

La peur de mourir se distingue de l’angoisse de la mort car elle n’est pas une angoisse existentielle. Elle est la peur d’être dans une situation qui entrainerait la mort. Cette peur entraîne des stratégies d’évitement pour la personne concernée comme : ne pas monter en voiture, ne jamais prendre l’avion… 

Le fait d’éviter les situations qui peuvent entraîner la mort de manière prématurée n’est pas problématique en-soi. En revanche, se sentir en danger permanent sans raison peut l’être.

 

Que ce soit pour la peur de mourir ou l’angoisse de mort, des solutions existent pour se sentir mieux vis-à-vis de la mortalité.

 

Comme apaiser la peur de la mort ?

 

Malgré les peurs liées à la mort, cette finitude tant redoutée est pourtant d’une grande importance pour nous permettre de vivre. Elle nous incite à créer, à donner la vie, ou encore à ressentir le désir de vivre. En effet, la vie éternelle serait d’un grand ennui, et l’horizon de la mort nous apporte une énergie de vie pour expérimenter, aimer, partager et profiter de notre existence.

 

Si votre angoisse de la mort ou votre peur de mourir vous empêche de vivre normalement au quotidien, vous pouvez trouver de l’aide. Consulter un.e psychologue spécialiste des Thérapies comportementales et cognitives est particulièrement recommandé. Parlez-en dès maintenant à un.e des psychologues de Psynergy.

 

Vous aimerez aussi : Phobies d’Halloween, quand la peur se transforme en angoisse